Vis ma vie de résident Occitalia – Le témoignage de Prospéridad Carrascosa

/sites/default/files/styles/w1400/public/actus/L%27Orangerie%20choix%20-bas%20def-3_2.jpg?itok=qE96Yptf
Témoignage
Texte

"J’aime la Vie ! La Résidence de L’Orangerie me permet d’en profiter au maximum !"

Prosperidad devant la bibliothèque de l'Orangerie à Montpellier, Résidence Services Seniors OccitaliaSon prénom est la promesse d’un avenir radieux… et pourtant ! Prospéridad Carrascosa a traversé un grand nombre d’épreuves personnelles. Sans jamais se départir de sa foi en l’existence, ni de sa bonne humeur. C’est cette joie de vivre, couplée à un regard pétillant et à une malice omniprésente, qu’elle partage désormais avec tous les résidents de L’Orangerie, où elle habite depuis 2020. Portrait d’une femme aussi étonnante que détonante, qui a décidé d’ouvrir un nouveau chapitre de sa vie en Résidence Services Seniors Occitalia, à Montpellier.

D’origine espagnole, Prospéridad est née en France, dans la Sarthe, quelques années après que ses parents se soient rencontrés dans les tristes "camps" de la guerre d’Espagne. Prisonniers, sa mère et son père y firent la connaissance de russes, qui lui suggèrent ce prénom : Prospérité. Devenus réfugiés politiques en France, ils sauront s’en souvenir, quelques années plus tard, lorsque naitra leur deuxième enfant. Mais ce n’est pas là la seule particularité de notre résidente. Mon second prénom, c’est "José". Au masculin ! Ne me demandez pas pourquoi : c’est comme ça. C’est ce qui m’a valu d’être convoquée sous les drapeaux, il y a bien longtemps, pour faire mon service militaire. Je n’y suis évidemment pas allée, mais avec le recul, j’aurais dû ! Ça aurait pu être très drôle, comme situation. Le ton est donné…

"J’ai toujours été dans les chiffons. Même ici, à L’Orangerie, quand il y a des choses à repriser, à réparer ou à coudre, on fait appel à moi. Et je dois dire que ça me plait bien."

Prosperidad dans le grand salon de la résidence OccitaliaUn ton, mais aussi un tempérament. Car Prospéridad nous parle sereinement et sans détours des différents problèmes de santé qu’elle a affrontés. Je ne peux tous les énumérer : j’ai eu tellement de soucis ! Notamment pulmonaires et cardiaques. Cérébraux, aussi. Mais avec le recul, ces problèmes de santé ont clairement posé des questions essentielles : soit je me laissais aller, soit je m’accrochais. Devinez le chemin que Prospéridad a choisi de suivre ? Alors jeune femme, elle suit les cours de l’école de la Croix Rouge, à Lyon, pour devenir infirmière. Elle y rencontre une étudiante, dont le père tient un atelier de confection. Prospéridad vient de trouver sa voie : je n’y connaissais pas grand-chose, mais le père de mon amie m’a pris sous son aile. Il m’a fait faire tous les postes, de la coupe à l’expédition, en passant par la couture. Pas simple, car je devais parfois manager une équipe de 5 personnes, alors que j’avais un peu plus de 20 ans.

L’expérience dure trois ans, avant qu’elle ne revienne sur La Grand-Combe, où sa famille s’est installée depuis que son père travaille dans les mines de charbon d’Alès. Et que José, l’un de ses frères, fait briller les couleurs du club de football local sous le sobriquet de "rase-motte"… Le Maire l’appelle alors pour lui demander de gérer un atelier de confection. Savez-vous que la première vague de jeans fabriqués en France se sont faits dans mon atelier ? C’était la marque "Escarguel". J’ai géré cet établissement pendant seize ans et sincèrement, je me suis éclatée ! Puis les mines ont été condamnées, les habitants sont partis et les portes de l’atelier se sont refermées. Mais Prospéridad est toujours restée dans l’univers de la couture et du vêtement. En ouvrant sa propre boutique, quelques années durant, ou en travaillant comme lingère, pour un établissement médical. Finalement, j’ai toujours été dans les chiffons, même ici, à L’Orangerie : quand il y a des choses à repriser, à réparer ou à coudre, on fait appel à moi. Et je dois dire que ça me plait bien.

"La Résidence Services Seniors de L’Orangerie, c’est vraiment une bonne maison et le personnel est très agréable, professionnel et toujours disponible."

Prospéridad et quelques-unes de ses amies, lors de notre Guinguette annuelleForcément, le départ à la retraite fût compliqué… Jusqu’au dernier moment, j’ai refusé de partir, mais j’avais atteint l’âge. En fait, j’ai toujours dû prouver mes compétences et j’ai vraiment aimé travailler. Ça a toujours été très important, pour moi. Et puis, quelques soucis de mémoire se sont manifestés, couplés à une horloge du temps que personne n’est en mesure d’arrêter. Valérie, sa fille, a alors souhaité que sa maman se rapproche d’elle, à Montpellier. J’en suis heureuse, car je m’entends très bien avec ma fille, qui est adorable, et puis, il y a Matthieu, mon petit-fils de 3 ans et demi dont je suis folle !

Prospéridad est donc arrivée à L’Orangerie le 1er juin 2020. Avec mes soucis de santé, j’ai fréquenté un certain nombre d’établissements, dans ma vie. Et même si celui-ci n’est pas médicalisé, puisque c’est une Résidence Services Seniors, je dois dire que c’est le meilleur de tous. C’est vraiment une bonne maison et le personnel est très agréable, professionnel et toujours disponible. Mais quid de son quotidien, des activités qu’elle pratique ? Je me lève vers 10 heures ; je ne participe donc pas aux ateliers du matin. Je préfère rester chez moi, je range et je lis. Beaucoup ! J’ai d’ailleurs déjà lu tous les livres de la résidence… hormis ceux qui se trouvent tout en haut de la bibliothèque ! Vient ensuite le repas de midi, pris en salle de restauration. Je dois dire que cela m’a surprise, mais on mange très, très bien, ici. En qualité comme en quantité. C’est aussi copieux que varié. Et notre cuisinier est très sympa : il nous demande ce qu’on aime manger pour nous préparer de bons petits plats… Et puis, il ne faudrait peut-être pas le dire, mais quand il reste un dessert en plus, on me le donne !

"Ce que j’apprécie vraiment, c’est cette indépendance. Il n’y a pas de contraintes, ici. On peut aller où on veut, quand on le veut. On est chez nous, en fait, mais entouré."

Résidence Services Seniors l'Orangerie du Château Levât aux beaux-arts à MontpellierAprès le repas, Prospéridad reste avec ses amies, dans les espaces communs. Elles jouent alors à différents jeux de société : Dames, Scrabble… Elles rient, elles chantent aussi, parfois ! Et elles se baladent. On fait le tour du parc de la résidence, qui est magnifique, ou on va au jardin Edith Piaf, qui ne se trouve qu’à quelques mètres. Je vais aussi bientôt me mettre au jardinage et à la pétanque, et je participe de temps à autres aux cours de gym douce avec Julien, l’un de nos animateurs, qui est d’une patience infinie… Je n’oublie pas le tea-time, auquel je participe tous les jours, car je suis gourmande. Et puis, j’ai des copines qui ne viennent que si je viens ! La bonne excuse… Prospéridad participe aussi aux sorties en extérieur, comme à Palavas, Bouzigues ou même aux Baux-de-Provence, pour admirer les Carrières de Lumières et profiter d’un bon restaurant. Une vie qui plaît visiblement à notre résidente.

Ce que j’apprécie vraiment, c’est cette indépendance. Il n’y a pas de contraintes, ici. Le cadre est magnifique : les vieilles pierres, le jardin… Et on peut aller où on veut, quand on le veut. On est chez nous, en fait, mais entouré. L’ambiance est familiale. C’est apaisant. Pour plus de tranquillité, j’ai aussi pris l’option "appels de sécurité" : ça me rassure. Je suis en forme et je veux en profiter : la vie est belle ! Au point que notre résidente est toujours pleine de projets. Le prochain ? Après tout ce qui m’est arrivé, je sais apprécier la vie à sa juste valeur. Dès que j’aurais vendu ma maison d’Alès, je pars au Chili avec ma fille et mon petit-fils pendant un mois. Plus jeune, je partais en sac-à-dos avec ma fille, au Mexique, en Europe ; on ne peut plus faire ça aujourd’hui, mais on va bien s’amuser, tous les trois ! Et puis, c’est l’année où le faire : j’ai 77 ans… et le 7, c’est mon chiffre porte-bonheur !

On vous souhaite donc doublement d’en profiter, Prospéridad, et de revenir nous exposer toutes vos pérégrinations ici, à L’Orangerie. Car on aime vous entendre nous raconter vos histoires…

 

Articles similaires

M. Zecchin entouré par sa famille pour fête ses 100 ans au Domaine d'Ucétia
Vis ma vie de résident Occitalia – Le témoignage de Guido Zecchin
Témoignage

M. Zecchin a fêté ses 100 ans, une belle occasion de revenir sur son parcours de vie et de lui…